Le quatrième volet du PNNS répond à des axes stratégiques spécifiques dans le but d'améliorer l'état de santé de l'ensemble de la population en agissant sur les déterminants de la nutrition, qui sont l'alimentation et l'activité physique.

Orientations du PNNS 4

Lancé en 2001, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a pour objectif l'amélioration de la santé par la nutrition de l'ensemble de la population. C'est un programme quinquennal gouvernemental dans son 4ème cycle pour 2019-2023. 
La nutrition : un déterminant multifactoriel de santé
Le PNNS 4 est axé sur la promotion d'une nutrition satisfaisante pour tous avec un accent particulier pour les populations défavorisées/à moindre niveau d'éducation. Il s'inscrit dans les orientations du plan national de santé publique du gouvernement « plan Priorité prévention : rester en bonne santé tout au long de sa vie ».

La nutrition est une situation évolutive liée aux comportements quotidiens. L'alimentation et l'activité physique sont soumises à des influences contradictoires où les environnements conditionnent les choix. Une alimentation favorable à la santé prend en compte la culture alimentaire, le gout, le plaisir et la convivialité. 

Les facteurs nutritionnels sont des déterminants sur lesquels il est possible d'agir au niveau individuel et sociétal mais il est parfois difficile pour les individus d'appréhender la notion de probabilité qui lie les habitudes nutritionnelles et la survenue des maladies chroniques (obésité, maladies cardiovasculaires, cancers, diabète de type 2 ou dénutrition). 
Les Axes stratégiques du PNNS
Les principes transversaux du PNNS 4 sont déclinés en 5 axes qui aboutissent eux même à la définition d'objectifs spécifiques.
  • Améliorer pour tous l'environnement alimentaire et physique pour le rendre plus favorable à la santé.
  • Encourager les comportements favorables à la santé dans l'optique d'une prévention individuelle. Développer des outils et moyens validés et adaptés visant à aider les divers groupes de population à faire des choix favorables à la santé. 
  • Mieux prendre en charge les personnes en surpoids, dénutries ou atteintes de maladies chroniques.
  • Impulser une dynamique territoriale dans un travail étroit avec les professionnels, organismes, institutions qui agissent au plus près de la population. 
  • Développer la recherche, l'expertise et la surveillance. Ce sont des domaines essentiels pour suivre l'évolution de l'état nutritionnel de la population, orienter les politiques publiques et anticiper les nouveaux enjeux.
Des mesures variées
  • Pour atteindre ces objectifs dix mesures phares ont été définies pour ce programme :Promouvoir les nouvelles recommandations nutritionnelles.
  • Augmenter les fibres, réduire les quantités de sel, sucres, gras dans les aliments de consommation courante par un engagement ferme des acteurs économiques dès 2020 et promouvoir le Nutri-Score, en visant à le rendre obligatoire au niveau européen.
  • Réduire la consommation de sel de 30% d'ici 2025 (engagement de la France auprès de l'OMS). Protéger les enfants et les adolescents d'une exposition à la publicité pour des aliments et boissons non recommandés. 
  • Permettre à tous de bénéficier d'une restauration collective de qualité en toute transparence (50% de l'approvisionnement en bio d'ici 2022). 
  • Etendre l'éducation à l'alimentation de la maternelle au lycée.
  • Développer la pratique d'activité physique adaptée pour les personnes atteintes de maladies chroniques.
  • Renforcer la prescription d'activité physique adaptée par les médecins 
  • Veiller à l'alimentation de nos ainés : prévenir la dénutrition en sensibilisant le grand public et les professionnels de la santé et du social. 
  • Promouvoir et partager au niveau national les actions locales innovantes, sources de créativité. 

Consultez le programme complet et ses enjeux